Les fêtes de fin d’année approchent. Comment tenir ses résolutions quand on est intolérant alimentaire

Vous êtes intolérant alimentaire ? En cette fin d’année, vous vous posez la question de savoir si vous n’allez pas vous laisser aller à déguster quelques gourmandises avec gluten, lactose, et autres aliments qui vous sont interdits ? Lisez ce qui suit, je vous dis tout sur comment tenir ses résolutions et ne pas craquer.

Pas toujours évident de tenir ses résolutions quand on est intolérant alimentaire. Les périodes de fêtes, les sorties entre copains ou les repas de famille sont toujours des moments délicats quand on ne peut pas manger de tout, pour des raisons de santé. On devient vite le ou la pénible de service. On va parfois même nous blacklister et ne plus nous inviter pour prendre un apéritif ou aller déjeuner au restaurant.

Un apéritif à bannir pour les personnes intolérantes…

Et que dire de cette profusion de nourriture, riche en gluten, lactose, sucre de canne et autres aliments bannis de notre alimentation, que nous abreuvent les publicitaires sur tous les écrans et les pages des magazine ou dans les devantures des magasins ?

Lors de mon changement alimentaire en 2009, je n’y suis pas allée par 4 chemins. J’ai vidé tous mes placards des aliments inscrits sur ma liste d’interdits ! Ma santé en dépendait. Je suis passée de fan de pain, lasagne aux épinards et à la ricotta, fromages de chèvre et brebis, crème fraîche épaisse dégustée à la petite cuillère à une alimentation sans gluten, sans lactose et sans sucre de canne (et sans bien d’autres aliments, mais ça, c’est une autre histoire).

En gros, exit de mes placards farine de blé, pâtes, pain, pizza, fromages, crème fraîche, beurre, chocolat liégeois, et autres douceurs comme le chocolat ou le gâteau aux pommes de ma Mamie. Ah oui, il y avait aussi les pommes dans le lot des aliments interdits ! Mais rassurez-vous, j’ai trouvé d’autres petits plats qui ont très vite fait chanter mes papilles !

Pendant les fêtes, doit-on craquer pour une alimentation riche en gluten, lactose et sucre de canne ?

Mais me voilà un peu avant les fêtes de fin d’année. Une santé encore en dent de scie et un repas de famille à préparer. Question bien légitime : dois-je faire des écarts dans mon alimentation pour ces fêtes de fin d’année ? Ou dois-je me tenir à mes résolutions. Petit rappel quand même : ces résolutions, elles sont justes bonnes pour ma santé !

Autre question pour la maîtresse de maison qui recevait la famille en question : dois-je cuisiner 2 menus différents, un avec gluten, lactose et sucre et l’autre sans ? Euh, non. Pas question. J’avais envie de passer du temps en famille, moi aussi.

Alors que doit-on faire pour tenir ses résolutions ? Est-ce un défi insurmontable que de manger sans gluten, sans lactose et sans sucre de canne même pendant les fêtes de fin d’année ? Est-ce difficile de régaler toute la famille avec un repas sans gluten, sans lactose et sans sucre de canne  ?

Le défi de mon premier Noël… mettre ma créativité, mon imagination et ma curiosité au service de ce repas de Noël qui sera sans gluten, sans lactose et sans sucre de canne. Il sera aussi gourmand et comblera les papilles de toute la famille.

Première astuce pour tenir ses résolutions et ne pas craquer pour du gluten, lactose et sucre de canne : la curiosité.

Mon truc à moi pour manger sans gluten, sans lactose et sans sucre de canne au quotidien, ou en périodes de fêtes, c’est avant tout d’être curieuse. La curiosité ne serait-elle pas un vilain défaut ? Je ne sais pas vous, mais moi, j’ai grandi avec cette injonction. Pourtant, la curiosité permet de porter son regard plus loin sur le monde et de s’ouvrir à d’autres perspectives. Être curieux permet aussi de rencontrer, partager, aller vers l’Autre. Être curieux est aussi pour moi une façon de m’intéresser à la nature, au monde.

Être curieux dans son alimentation et pour sa santé, c’est tester de nouvelles saveurs, de nouveaux produits. Tenez par exemple, avant de changer d’alimentation, je ne cuisinais qu’avec une seule huile : l’huile d’olive ! Lors de mes premières analyses, l’huile d’olive est sortie positive. Aliment à bannir de mon alimentation. Pour un temps, je vous rassure. Elle a réintégré mon placard depuis.

Huiles végétales riches en oméga 3 et 6 acides gras

Découverte de nouvelles huiles pour remplacer l’huile d’olive

Alors, la curiosité m’a poussé à goûter d’autres huiles. J’ai découvert l’huile de lin, de chanvre, de cameline, toutes trois riches en oméga-3, puissant anti-inflammatoire. Et pour le plaisir, l’huile de pépin de courge grillé. Un délice sur un velouté de potimarron ou de courgettes. Mais aussi, l’huile de colza, de pépin de raisin, de tournesol, de noisette, de noix. Car, même si aujourd’hui, je cuisine à nouveau avec l’huile d’olive, les autres huiles découvertes au début de mon changement alimentaire font toujours parties de mon placard et de mes petits plats.

La curiosité m’a amené à découvrir d’autres façons de cuisiner, comme la cuisson douce. J’étais assez fan des mijotés de mes grands-mères. Les plats étaient savoureux, la viande douce et onctueuse, les légumes fondants. Et bien, j’ai appris à réaliser ces mijotés en cuisson douce, c’est-à-dire à moins de 100°C. Cela cuit entre 3 et 6 heures. Garde toutes ses propriétés nutritives ou presque ! Et quel délice ensuite !

Plutôt jolie cette qualité. La curiosité vous ouvre le champ des possibles… et le chemin vers de nouvelles saveurs. Succombez.

chocolat rapide et facile

Une tablette de chocolat cru, fait maison (rapide et facile)

Deuxième astuce pour tenir ses résolutions et ne pas craquer pour du gluten, lactose et sucre de canne : la gourmandise.

Oui, je suis gourmande. Gourmande de bons produits, qui ont du goût et qui sont de qualité. Et comme la gourmandise ne va pas sans le plaisir, j’aime que mes papilles et celles de ma famille ou de mes invités chantent ! Je suis un peu comme Ratatouille. J’aime que ce soit un feu d’artifice de saveurs dans ma bouche quand je mange. J’aime le goût simple et profond des aliments et les mariages harmonieux de saveurs.

C’est parce que je ne trouve pas cela normal que dans une alimentation SANS, les personnes ne puissent pas se faire plaisir en mangeant que j’ai créé ce blog. J’ai toujours en tête le déclencheur de cette belle aventure. Une émission. Capital. Le sujet traitait des intolérances et allergies. Une jeune française était en vacances dans un hôtel en Autriche qui communiquait sur le fait qu’ils faisaient attention aux clients intolérants ou allergiques. Lors du dîner, notre jeune demoiselle était aux anges, car ses intolérances alimentaires avaient été prises en compte. Et quelle ne fût pas ma surprise quand le serveur lui présenta le plat : viande blanche bouillie avec des brocolis sautés à l’eau !! Comment peut-on se faire plaisir avec ça… Moi, je l’assume, je suis gourmande et je ne me fais pas plaisir avec ce genre de plat !

Cette gourmandise, comme pour la curiosité, n’est pas un vilain défaut. Car être gourmande, c’est aussi être exigeante avec ce que vous mangez ! ou avec ce que l’on vous sert. Et, petit coup de gueule en passant : quand je vais au restaurant et que l’on me sert un riz blanc au goût plastique (si, je vous assure, ça existe) avec un poisson blanc trop cuit et une pauvre rondelle de citron, je m’insurge !! Dans ces moments-là, manger devient pour moi un vrai calvaire ! Comment peut-on se faire plaisir avec ce genre de truc.

tenir ses resolutions

Bûche de Noël sans gluten, sans lactose framboise chocolat fin et chocolats blancs, mes dernières créations pour Noël, disponible dans mon ebook

Rester gourmande fait partie de ma panoplie des astuces pour tenir ses résolutions et ne pas craquer pour du gluten, lactose ou sucre de canne, et ce en toutes circonstances. Je vous avouerai que ce n’est pas pour me déplaire.

Enfin, dernière astuce pour tenir ses résolutions et ne pas craquer en ces jours de préparatifs des fêtes de fin d’année : la créativité.

En créant, en cuisinant, en faisant, j’aiguise ma curiosité et comble ma gourmandise. La plupart des personnes avec qui je discute alimentation, m’expliquent presque toujours qu’ils n’ont pas le temps de consacrer ne serait-ce que 20 ou 30 minutes par jour à la cuisine. Pour beaucoup, ils ouvrent une boîte et hop, dans la casserole. Ou ils sortent une pizza du congélateur et au hop, au four.

tenir ses resolutions

Une pizza au four, et hop, à table…

Pourtant, (réap)prendre le temps de cuisiner devient primordial et urgent, pour ne pas perdre le patrimoine culinaire, la convivialité qu’il y a à cuisiner ensemble et le goût des aliments. Malheureusement, les produits transformés de l’industrie agro-alimentaire ne sont pas si bons pour la santé que ça. Trop salé, trop sucré, trop de blé même où il ne devrait même pas y en avoir (comme dans le jambon ou les charcuteries en général), de nombreux additifs pour colorer, exhauster un goût, les plats de l’industrie agro-alimentaire ne sont pas à la hauteur des belles images et des préceptes présentés dans les publicités.

Ah, oui. On mène, aujourd’hui, des vies à 200 kilomètres à l’heure. Nous n’avons pas le temps. Moi, je vous dirais que c’est une question de priorités. Posez-vous la question pour savoir ce qui est primordial pour vous. Votre santé et celle de vos proches ? Alors, quelles actions mettez-vous en place pour atteindre cet objectif ? Pour ma part, je cuisine. Je consacre un peu, beaucoup ou pas de temps pour cuisiner. Vous allez peut-être me dire que c’est mon métier. Oui, aujourd’hui. Mais quand mes filles étaient petites, je leurs faisais des petits pots maison tous les samedis matin, que je mettais au congélateur. Je les sortais au fur-et-à-mesure de la semaine. Car à l’époque, j’étais cadre dans le marketing.

Même lors de mes postes de directrice d’association (avec des conseils d’administration et assemblée générale le soir) ou de chef d’entreprise avec une agence de communication à gérer, je prenais le temps de cuisiner. Et, vous vous souvenez, mes astuces pour tenir mes résolutions. La curiosité et la gourmandise. Et bien, elles m’ont permis toutes deux de faire aussi des bons petits plats faciles et rapides. Que diriez-vous d’un velouté gourmand préparé et cuit en moins de 15 minutes ? Et d’une tablette de chocolat en 5 minutes. Ou d’un fondant au chocolat en 15 minutes, préparation et cuisson comprise. En général, c’est le genre de dessert que nous décidons de manger alors que nous sommes encore à table !

tenir ses resolutions

Fondant au chocolat préparé et cuit en 15 minutes, disponible dans mon ebook, 7 astuces pour gagner du temps en cuisine

Tenir ses résolutions et manger sans gluten, sans lactose, toute l’année même en période de fêtes, c’est possible. Avec une pincée de curiosité, une petite cuillère de gourmandise et un filet de créativité, vous devriez avoir le cocktail qui fera le plaisir de toute la famille !! Et pour vous le prouvez, voici un joli cadeau que je vous offre… mon ebook « Gâteaux de Noël sans gluten ». 

4ème de couverture de l’ebook Gâteaux de Noël sans gluten

 

Avec cet article, je participe à l’évènement « Votre meilleure astuce pour appliquer vos bonnes résolutions » du blog Devenez Meilleur, d’Olivier Roland. Et comme tout évènement, il y a un concours !! Si vous avez aimé mon article, votez pour lui en cliquant ici !! J’apprécie le travail qu’Olivier réalise pour changer la vision de l’entrepreneuriat. Dans son blog « Devenez meilleur », de nombreux trucs et astuces pour s’améliorer chaque jour. Comme cet article de Steve Pavlina sur le régime alimentaire. Comme quoi, il n’y a pas que moi qui pense que manger autrement (pour ma part c’est sans gluten, sans lactose, sans sucre de canne) est une grande richesse. C’est ce qui fait la diversité de notre monde. Et j’adore !!

© Crédits Photos. Pixabay et Ma Cuisine a du sens

 

 

Aucune réponse A "Les fêtes de fin d'année approchent. Comment tenir ses résolutions quand on est intolérant alimentaire"

    Commenter

    Votre adresse mail ne sera pas publiée